Connexion


Mot de passe perdu
Coeur des Vosges mobilité
Coeur des Vosges mobilité Communauté d'agglomération Épinal Portail du SCoT des Vosges centrales Collectivité des événements sportifs du pays d’Épinal

L'Etat donne un coup de pouce au vélo

publié le 31/03/2014

L'aménagement des espaces urbains ou péri-urbains doit prendre en compte le déplacement en
mode doux et notamment l'usage du vélo.

Le « Plan National Vélo »

En juillet 2011, un groupe de travail a été crée par le ministre de l'Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) avec pour mission de faire emerger des propositions concretes pour encourager les francais a utiliser le velo comme moyen actif et ecologique de deplacement domicile-travail.

Les 17 membres de ce groupe, constitué d’elus, d’associations d’usagers, de constructeurs de velos et de representants de divers ministeres concernes, ont ete charges d'elaborer un « Plan National Vélo » qui a été présenté à Paris le 26 janvier 2012 à l'occasion des premières rencontres nationales du vélo.

Les mesures qui figurent à ce « Plan National Vélo » constituent la feuille de route des services de l’État pour les prochaines années.

L’objectif de ce plan est de faire passer la part modale du vélo de 3% aujourd’hui à 10 voire 12 % en 2020. Pour cela ce plan mentionne une liste de 41 actions prioritaires pour l’État réparties dans six domaines. Le souhait est que le vélo soit utilisé pour les déplacements quotidiens au même titre que la voiture ou les transports en commun, avec les mêmes chances de succès. Ce plan vise également à favoriser l’intermodalité pour faciliter l’utilisation combinée du vélo et des transports collectifs.

Téléchargement du texte intégral sur : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/PNV15022012.pdf

 

Le réseau « Relais Vélo »

En conformité avec le « Plan National Vélo » le ministère de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie (MEDDE) s'est engagé à relancer le réseau des « messieurs et mesdames vélo » dans les Directions Départementales des Territoires (et de la Mer) (DDT(M).

Ces correspondants vélos sont chargés d’apporter leur expérience vélo pour sensibiliser tous les services de l’Etat aux problèmes spécifiques des vélos. Ils conseillent également les différents maîtres d’ouvrages, collectivités territoriales, associations et les différents acteurs de l’aménagement. En particulier, il veille à la prise en compte du vélo dans les projets locaux d’aménagement et de planification.

Pour les Vosges, le « Relais Vélo » départemental est :

Dominique MARCOLET 

dominique.marcolet@vosges.gouv.fr

Direction Départementale des Territoires

22 à 26 avenue Antoine DUTAC - 88026 EPINAL.

 

L’obligation réglementaire de réaliser des itinéraires dédiés au vélo

Conformément  à la réglementation (Art. 20 loi « LAURE », décret N°2008-754 et N°2010-1390, art. 13 de la loi Grenelle I, « Plan National Vélo », Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) de Lorraine), il est fait mention de l’obligation de réaliser des itinéraires dédiés au vélo.

L'aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacement urbain, lorsqu'il existe.

Dans ce sens, tous les documents de planification et de programmation en matière d'urbanisme et d'aménagement de l'espace public doivent comporter un volet relatif au déplacement en vélo.

 

La notion de mobilité urbaine doit prendre une autre dimension :
celle de la sécurité pour tous.

C'est ainsi que l'objectif d'accroître l'usage du vélo ne sera atteint qu'en sécurisant sa place sur la route et dans la ville.

Il faut passer d’un urbanisme ou aménagement indifférent ou hostile au vélo (et aux modes autres que l’automobile) à un urbanisme ou aménagement favorable à son développement.

Pour cela, il est demandé d'améliorer ou de rendre accessible aux cyclistes de toutes conditions, de façon sûre, aisée et directe, le réseau existant et les fonctions urbaines qu’il dessert.

 

Les réflexions à avoir pour cette prise en compte du vélo dans les documents d'urbanisme devront :

  • favoriser les déplacements actifs (vélo et vélo+marche) par exemples entre le domicile et l’établissement d’enseignement ou entre le domicile et le travail,
  • apaiser le trafic automobile en favorisant les zones 30 et zones de rencontre ou piétonne,
  • développer le stationnement sécurisés des vélos dans l’habitat collectif ou à usage de bureaux conformément aux dispositions de l'arrêté du 20 février 2012,
  • étudier, avec les collectivités locales et les professionnels du transport collectif, les
  • recommandations pour l’équipement en parkings vélo (si possible sécurisés) des gares ferroviaires et stations de transports collectifs et les rendre parfaitement accessibles aux cyclistes,
  • légitimer le cyclisme aux yeux de l’ensemble des citadins, ainsi qu’apprécier le vélo au service de la sécurité routière (urbaine et interurbaine),
  • développer les voies vertes et vélo-routes en extra-urbain.